Au café de l'amitié

Nous parlons de tout en toute amitié
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la destitution de Donald Trump

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: la destitution de Donald Trump    Mar Jan 31 2017, 19:46

Donald Trump tente de gouverner de manière impulsive, sur des coups de tête, par animosité personnelle, dans son propre intérêt et par décret... comme s'il était dictateur. Mais ça ne fonctionne pas, et il va déjà droit dans le mur au bout d'une semaine!

Les appels à sa destitution se multiplient parce que c'est le seul moyen de se débarrasser de lui, parce que beaucoup de Républicains sont en train de l'abandonner, parce que cet homme est psychologiquement incapable de s'assurer de la légalité des choses avant de les faire, et parce qu'il est de plus en plus évident qu'il n'est absolument pas qualifié pour diriger le pays.

Les adultes qui l'entourent, même les plus serviles, passent le plus clair de leur temps à tenter de réfréner ses ardeurs, mais c'est tout simplement impossible. Le reste du temps, ils répondent aux coups de fil frénétiques des dirigeants républicains, du monde des affaires et des chefs d'Etat étrangers. Il a fait quoi??? Le pauvre Reince Priebus, chef de cabinet du président, évolue enfin dans les hautes sphères, mais il ne doit pas vraiment s'amuser.

C'est une chose de vivre dans son monde quand on est candidat, et qu'on peut dire à peu près tout ce qui nous passe par la tête. En trompant suffisamment de personnes suffisamment de fois, on peut même parvenir à se faire élire. Mais quand on tente de gouverner ainsi, la réalité vous rappelle à l'ordre.

Donald Trump a édicté des décrets impulsifs, qui n'ont pas été évalués par des juristes, des experts gouvernementaux ni des responsables politiques, et n'ont fait l'objet d'aucune réflexion stratégique sérieuse. Le voilà presque aussitôt contraint de faire marche arrière en raison des pressions politiques et juridiques... et à cause du monde réel.........

Contrairement à ce qui se passe dans les différentes dictatures qu'affectionne le président, l'écheveau de mesures de contrôles politiques et juridiques mis en place pour défendre la constitution et empêcher l'avènement d'un régime tyrannique aux Etats-Unis tient bon, dans l'ensemble. Plus il est irresponsable, plus ces mesures se renforcent.

C'est seulement parce qu'il a bêtement tenté de refouler certaines catégories de réfugiés (mais en laissant entrer ceux qui viennent de pays qui soutiennent le terrorisme, comme l'Arabie saoudite et l'Egypte, où il a investi à titre personnel) qu'il s'aperçoit aujourd'hui que les Etats-Unis ont des tribunaux. Des tribunaux, vous dis-je! Incroyable.

Plus il se montrera imprévisible, moins les juges conservateurs accepteront de servir la soupe aux Républicains, comme ils l'ont fait si souvent par le passé. De la même manière, il serait imprudent de penser que la Cour suprême validera sans sourciller ses décisions les plus controversées.

Depuis une semaine, les Républicains, connus et moins connus, s'empressent de se distancer des propos qu'il tient sur Vladimir Poutine, et tournent en ridicule ses soupçons infondés de fraude électorale massive.

Ils ne savent plus où se mettre quand il s'agit de liquider le programme de couverture sociale universelle, l'Obamacare, sans nuire aux patients ni à leurs propres espoirs de réélection. C'est une mesure complexe, et Donald Trump ne fait pas vraiment dans la nuance. Tom McClintock, représentant de la Californie, a résumé les inquiétudes de nombre de ses confrères: "Il va falloir assumer les mesures que nous allons mettre en place" suite à l'abrogation de la loi. "Nos adversaires appelleront ça le Trumpcare, et les Républicains seront jugés sur pièce lors des prochaines élections, qui auront lieu dans moins de deux ans."

Le sénateur Lindsey Graham n'a, quant à lui, pas hésité à se moquer des habitudes du président sur les réseaux sociaux, en qualifiant dans un tweet la guerre commerciale avec le Mexique de "mucho sad".

Même le cabinet de Donald Trump a dû l'empêcher de poursuivre sa croisade insensée contre les Mexicains, notamment lorsqu'il oblige le président du Mexique à annuler sa visite officielle, avant de le rappeler 24 heures plus tard pour se rabibocher.

Le président américain a aussi proposé de légaliser à nouveau la torture, mais les leaders républicains s'y sont opposés. John Thune, le sénateur républicain du Dakota du Sud, a ainsi déclaré mercredi 25 janvier que l'interdiction de recourir à la torture faisait jurisprudence, et que les Républicains au congrès s'opposeraient à tout retour en arrière. Un point de vue que partage le ministre de la Défense, pourtant nommé par Donald Trump. Après avoir claironné à qui voulait l'entendre que sa décision était prise, le président a docilement accepté de s'en remettre à ses conseillers militaires.

Tout cela en une semaine seulement! Et, aujourd'hui, des tribunaux fédéraux commencent à restreindre ses prérogatives.

Il y a deux semaines, au vu de ce que nous avions constaté pendant la période de transition, j'ai écrit un article proposant la constitution d'une commission et d'une campagne citoyennes de destitution du président.

Depuis, l'association apolitique Free Speech for People a lancé une campagne similaire. Elle a déjà recueilli quelque 400.000 signatures. L'organisation bipartisane Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (CREW) constitue de son côté un dossier car ses juristes ont introduit une action en justice suite aux multiples violations de la clause d'inéligibilité, dont le but est d'empêcher le président de tirer profit des actions d'un gouvernement étranger.

Il existe déjà bien d'autres motifs de destitution, notamment liés au fait que Donald Trump place ses propres intérêts financiers devant ceux du pays, et son étrange alliance avec Vladimir Poutine, qui relève presque de la haute trahison. Moins connu que la clause d'inéligibilité, le Stop Trading on Congressional Knowledge (STOCK) Act de 2012, est l'équivalent du délit d'initié français. Il s'applique au président, comme à n'importe quel autre fonctionnaire.

Bien entendu, la procédure de destitution est une mesure aussi politique que juridique, comme le souhaitaient les pères fondateurs des Etats-Unis. Or, une semaine après son investiture, ce n'est pas seulement Trump qui abandonne la constitution, mais ses alliés qui l'abandonnent, lui.

En dépit de son comportement alarmant, les Républicains ont cru qu'ils pourraient se servir de lui pour parvenir à leurs fins. Mais entre sa déclaration d'amour à Poutine et son désir d'initier une guerre commerciale mondiale, Donald Trump n'a rien d'un Républicain. On ose à peine imaginer l'inquiétude et l'horreur que doivent exprimer en privé les cadres du parti.

En 1984, le psychiatre Otto Kernberg a décrit le narcissisme malfaisant, un trouble psychologique qui, contrairement aux autres formes de narcissisme, est considéré comme une pathologie grave. Il se caractérise par une absence de conscience, une grandiloquence alliée à une immense soif de pouvoir, et une tendance au sadisme.

Etant donné le danger qu'il représente pour la république et pour le parti républicain, la destitution de Donald Trump n'est qu'une question de temps. La question est de savoir quelles catastrophes l'Amérique devra surmonter d'ici là.

Ce blog, publié à l'origine sur le Huffington Post américain, a été traduit par Bamiyan Shiff pour Fast for Word.

   Lire aussi :
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Mer Fév 01 2017, 07:54

Je me permets de croire profondément qu'une mobilisation de hauts dirigeants se prépare sérieusement pour limiter les dégâts que cet homme peut faire. Il est inconcevable qu'on le laisse continuer ainsi ...
Revenir en haut Aller en bas
catnap
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 2564
Age : 75
Localisation : Ontario
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Jeu Fév 02 2017, 14:17

j,ai confience que il existe encore des homes qui on encore la tete sur les epaules , mais en si peux de temps il a changer le monde et pas dans la bonnes directions ,
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Ven Fév 03 2017, 01:10

sont entrain de faite quelque chose sinon j'ai peur à la guerre mondial les autres pays vont se révolter
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Ven Fév 03 2017, 07:35

Moi aussi je crains une guerre et en même temps, je me dis que les gens ne laisseront pas les choses se dégrader à ce point-là. C'est la terre entière qui va se mobiliser ! J'ai espoir ...
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Sam Fév 04 2017, 01:33

moi aussi je de l'espoir mais il faut pas que s'en prenne du temps à le sortir
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Lun Fév 06 2017, 08:17

Déjà que la Cour Suprême ne le laisse pas faire avec son décret empêchant les gens de venir aux États-Unis, c'est encourageant.
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Mar Fév 07 2017, 00:55

C'est certain mais j'ai peur pareil le monde vont se révolter s'a peut plus continuer comme ça
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Mar Fév 07 2017, 00:58



Les critiques de Donald Trump à l’endroit du juge James Robart, de Seattle, qui a décidé de suspendre temporairement son controversé décret anti-immigration, suscitent de l’inquiétude chez le tandem d’analyste de «La Joute».

«On est à la limite de la crise constitutionnelle et surtout aux États-Unis où la constitution a vraiment mis des murs étanches entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire, a déclaré Luc Lavoie, sur les ondes de LCN. Ça a été démontré de nombreuses, de centaines de fois que vraiment, ce mur-là est infranchissable.»

Le président américain s'est livré à une attaque en règle contre le magistrat, le qualifiant de «pseudo-juge» et l'accusant de sacrifier la sécurité du pays.

«Il doit accepter qu’il n’est pas un dictateur et qu’il y a d’autres institutions et que les trois disposent, d’une façon ou de l’autre, d’un veto sur l’autre, poursuit M. Lavoie. C’est très très inquiétant, comme tout ce qu’il fait d’ailleurs.»

L’attitude de Donald Trump pourrait avoir de sérieuses conséquences sur l’économie américaine, rappelle Bernard Drainville. L’analyste cite en exemple la requête en justice déposée les fleurons technologiques des États-Unis, soit Facebook, Twitter, Google, Microsoft et Apple, pour dénoncer les «dommages» causés par l’initiative de Donald Trump pour limiter l’immigration provenant de pays majoritairement musulmans.

«C’est pas juste les journalistes, c’est pas juste la chancelière allemande et le président du Mexique, c’est les « big players » de l’économie américaine qui commencent à dire à Trump : "Écoute, tu fais mal à nos entreprises, donc tu fais mal à nos actionnaires, tu vas faire mal à l’économie américaine. " Ça commence à être grave!»
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Mar Fév 07 2017, 07:33

Je m'étais trompée, le jugement du décret n'est pas encore rendu en Cour Suprême. Hâte d'avoir le compte-rendu du dépôt des arguments en cour d'appel d'aujourd'hui entre les 2 partis.
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Mar Fév 07 2017, 20:32



L'administration Trump, qui a déposé lundi soir son plaidoyer pour faire rétablir son décret sur l'immigration, a argué que l'acte était un « exercice légal de l'autorité du président sur l'entrée des étrangers aux États-Unis et l'admission des réfugiés ».
Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press, Reuters et Washington Post

Le gouvernement américain a également indiqué dans son document que la suspension du décret par un juge fédéral de Seattle était « d'une portée très excessive ».

Il a ajouté qu'il est faux d'affirmer que ce décret vise les musulmans et que les restrictions sont « neutres du point de vue de la religion ».

Avant de rendre sa décision, la cour d'appel américaine entendra les deux parties, qui exposeront au téléphone leur argumentation, lors d'une audience mardi, à 23 h (UTC).

La Cour d'appel fédérale de San Francisco a accueilli lundi les arguments des différentes parties intéressées par cette affaire. De nombreux opposants au décret ont déjà déposé leur mémoire et le département américain de la Justice avait jusqu’à 18 h (HNE) pour faire de même.

Le controversé décret a été temporairement suspendu sur l’ensemble du territoire américain vendredi soir par un juge fédéral de Seattle, qui avait été saisi du dossier par les États de Washington et du Minnesota. De nombreux autres groupes se sont depuis joints à eux.

Les ressortissants de sept pays visés par le décret – Iran, Irak, Syrien, Libye, Somalie, Soudan et Yémen – peuvent entre-temps entrer aux États-Unis, pourvu qu’ils aient en main un visa valide. Après l’adoption du décret, les compagnies aériennes leur interdisaient de prendre leur vol.

Des personnalités et des entreprises contre le décret

Outre les deux États à l’origine de la plainte, les plus grands joueurs de la Silicon Valley ont plaidé pour que le blocage du décret soit maintenu. Parmi eux se trouvent Facebook, Google, Microsoft, Twitter, AirBnB, DropBox, eBay, Intel, LinkedIn, Mozilla, Netflix, PayPal et Uber.

Dans leur mémoire déposé dans la nuit de dimanche à lundi, ils ont fait valoir que le décret présidentiel pourrait « infliger des dommages importants au commerce américain, à l’innovation et à la croissance » du secteur des affaires, selon les médias américains.

Ces grandes entreprises, qui embauchent déjà des milliers d’immigrants, ont argué plus précisément qu’il nuit au recrutement, prive les entreprises de talents, menace les opérations commerciales et ampute la capacité des entreprises à attirer des investissements aux États-Unis.

Un groupe de personnalités comprenant les ex-secrétaires d’État John Kerry, Madeleine Albright et Condoleeza Rice et les anciens directeurs de la CIA Michael Hayden et Michael Morell a demandé également à la Cour d’appel fédérale de poursuivre le blocage du décret du président Donald Trump. Selon eux, il ne sert aucun intérêt de sécurité nationale.

Les États de Washington et du Minnesota ont plaidé pour leur part que le décret est inconstitutionnel, et qu’il nuit aux citoyens, aux entreprises et aux universités. Le rétablir causerait des torts aux « familles séparées » et aux « étudiants universitaires bloqués ».

Les défendeurs demandent maintenant à la Cour de soulever le chaos une fois de plus en demandant un sursis du jugement [rendu vendredi]. La Cour devrait refuser.
Extrait du mémoire des États de Washington et du Minnesota

La Maison-Blanche a argué que l’interdiction d’accès pour les ressortissants des sept pays visés s’explique par des considérations d’intérêt national.

Le décret et la justice

Samedi, le département américain de la Justice a tenté une première fois d’obtenir un sursis, en faisant valoir que la décision du juge fédéral de Seattle portait atteinte à la sécurité des Américains en « empêchant la mise en oeuvre du décret présidentiel » et en « remettant en cause le jugement du président en matière de sécurité nationale ».

La Cour d'appel fédérale de San Francisco a refusé et a demandé aux parties de déposer des arguments supplémentaires à la cour lundi. Elle devra ensuite décider si elle organise une audience ou si elle rend une décision. Ce jugement risque fort d'être contesté par la suite, peu importe sa nature.

Si l'ordonnance de blocage est maintenue, l'administration Trump pourrait demander à la Cour suprême de s'en saisir immédiatement, mais le résultat d'une telle démarche est hautement incertain.

La Cour suprême est traditionnellement peu encline à entendre des causes qui n'ont pas été jugées une première fois sur le fond. Qui plus est, elle ne compte actuellement que huit juges - quatre considérés comme conservateurs, quatre autres considérés comme libéraux - de sorte que la possibilité qu'elle ne puisse pas trancher est bien réelle.

Si l'ordonnance de blocage est levée par la Cour d'appel fédérale de San Francisco, d'autres tribunaux pourraient en outre la rétablir sur d'autres bases juridiques, et créer une nouvelle contestation.
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Jeu Fév 09 2017, 07:58

Merci pour le compte-rendu. C'est loin d'être terminé cette histoire-là. Quelque soit la décision, ça risque de chauffer tant d'un bord comme de l'autre ...
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Ven Fév 10 2017, 01:31

ha que oui ma chère
Revenir en haut Aller en bas
Annye
Admin
avatar

Nombre de messages : 12633
Age : 63
Localisation : Ville de Québec
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Ven Fév 10 2017, 01:34



AFP
Jeudi, 9 février 2017 17:09 MISE à JOUR Jeudi, 9 février 2017 19:18

LOS ANGELES | La cour d’appel de San Francisco a maintenu jeudi la suspension du décret anti-immigration de Donald Trump, un camouflet pour le président américain qui a promis de continuer à défendre devant la justice cette mesure emblématique de son début de mandat.

L’appel du gouvernement est «rejeté», ont écrit les trois juges de la cour dans leur décision prise à l’unanimité, insistant sur la nécessité de protéger «l’intérêt général».

Le gouvernement n’a pas démontré que la poursuite de la suspension du décret se traduirait par de graves atteintes à la sécurité des États-Unis, ont conclu les magistrats dans leur arrêt très attendu.

Le décret interdisait l’accès aux États-Unis pour trois mois aux ressortissants de sept pays musulmans et pour quatre mois aux réfugiés, indéfiniment pour les Syriens.

«RENDEZ-VOUS AU TRIBUNAL, LA SECURITE DE NOTRE NATION EST EN JEU!», a tweeté le président américain peu après l’annonce de la décision.

Donald Trump avait présenté son décret comme une mesure de «bon sens» pour la sécurité des Américains et contre le terrorisme.

Les juges William Canby, Richard Clifton et Michelle Friedland ont également souligné que le gouvernement n’avait «pas fait la preuve qu’un étranger d’un des pays incriminés a perpétré un attentat aux États-Unis» par le passé.

Le décret du 27 janvier, qui suspend l’entrée aux États-Unis des ressortissants d’Iran, Irak, Yémen, Soudan, Somalie, Syrie et Libye, avait été bloqué temporairement vendredi dernier par un juge de Seattle, dans l’État de Washington, le temps qu’une plainte déposée par le ministre de la Justice de cet État soit examinée.

Le gouvernement de Donald Trump avait fait appel de cette décision après l’avoir qualifiée de «scandaleuse».

Jeudi l’association de défense des droits civiques ACLU a estimé que le refus de la cour d’appel de réinstaurer l’interdiction du territoire américain pour les pays incriminés et les réfugiés était «correcte», qualifiant le décret d’«interdiction des musulmans».

«Les tentatives erratiques et chaotiques du gouvernement de réinstaurer une interdiction anticonstitutionnelle ont eu un impact terrible sur des individus innocents, sur les valeurs du pays et sur notre statut dans le monde», ajoute l’association.
Revenir en haut Aller en bas
Gertrude
Seigneur de la causerie
Seigneur de la causerie
avatar

Nombre de messages : 7269
Age : 62
Localisation : Longueuil
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    Ven Fév 10 2017, 08:14

Il n'est pas de bonne humeur le monsieur Trump ... Ça démontre bien une chose : que la magistrature reste indépendante du gouvernement comme il se doit.

À suivre maintenant en cour suprême.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la destitution de Donald Trump    

Revenir en haut Aller en bas
 
la destitution de Donald Trump
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Donald Trump..juste une provocation ?
» États-unis : Donald Trump interdit l'entrée sur le sol américain pour 7 pays musulmans
» donald le canard.
» Joyeux Anniversaire, Ô Grand Donald !
» Carl Barks and Mr. Donald

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au café de l'amitié :: LE COIN DES MEMBRES :: LE COIN DE L'ACTUALITÉ-
Sauter vers: